Préambule ou l'importance de ne pas se fier aux apparences

Coiffe Normande ? Coiffes Normandes ? Ça ne veut rien dire !

Ça n’existe pas sans déclinaisons précises. Il faut : son nom, celui de sa ville, celui de son département, et sa date de création. A partir de là l’appellation est informative et utile. Il doit toujours en être ainsi.

Il est vrai que trop d'écrits "abracadabrantesques" furent publiés depuis le début des années 1900 par diverses personnes plus ou moins bien connues dans d'autres milieux et qui en ont profité pour broder des articles pleins de leur méconnaissance du sujet.
Car si l'on survole certaines revues ou magasines soit disant spécialisées, on y retrouve les mêmes erreurs qui sont pompées depuis le début, juste remanipulées et réécrites différemment sans aucun travail personnel sur le sujet. C’est un vrai manège sans intérêt.
Bref, c'est d'un tel non-sens !
Toutes ces horreurs tournent en rond d'un article à un autre juste pour noircir du papier et se faire parler. Le tout agrémenté de photos de coiffes bidouillées et fausses, donc appelées «COIFFE NORMANDE» ?

Arrêtons ce massacre … quand on ne sait pas … on ne sait pas ... mais on n’invente pas, on cherche ! Vu que ce patrimoine humain est des plus spécifiques, représentant des identités réelles, elle reste essentiellement une tradition féminine qui était transmise de mère en fille.
Alors on a le droit, avec le recul, d'être étonnés de ce subit intérêt de ces hommes a venir parler d'histoire de « chiffons féminins », en plus d’un passé qui leur été méconnu...
Et tout ça pour trouver un sujet de fêtes pour le MILLENAIRE NORMAND, d'après les archives photo ce fut un grand carnaval !!!

Et aujourd'hui, en 2011, 100 ans après : le mal est toujours tenace ...
Je m’appesantis très fort sur cette légèreté coupable de désinformation. Le pire c’est qu’il y en a toujours aujourd’hui, dont les écrits mélangent les genres, avec les époques et la géographie dans la région, les coiffures de travail d’avec celles du dimanche, des coiffes de sorties avec des costumes de semaine, même avec des chemises en lin. Il y a pourtant assez de bonnes références lorsqu’on veut s’en donner la peine, mais surtout pas dans les cartes postales ...
Il est bon et salubre de crier au loup en signalant leurs méfaits et leurs conséquences actuelles, car ils ont travesti l’histoire réelle et le patrimoine de notre région et déformé les apparences de ce passé. Ils ont incité des tas de gens a croire des infos de leur imagination ...

On en retrouve mille exemples dans nos musées aujourd’hui, preuves a l’appui, sans aucunes références et pour cause, les conservateurs n’ont jamais eu de formation sur « L’ART TRADITIONNEL ET POPULAIRE » des régions où ils exercent, donc ils exposent sans les connaître des choses du patrimoine totalement à revoir, dont des coiffes bidouillées au remontage avec de fausses identités. Il n’est pas possible de laisser les choses s'étioler et disparaître sans qu’aucune tentative ne soit faite !
Le devoir des conservateurs est de préserver en l'état d'origine de création chaque objet et sans ambiguïté, afin de le transmettre inchangé depuis sa création dans le passé pour perdurer vers le futur, car nul n’a le droit de faire main basse sur les patrimoines et de les transformer à son gré.

La France, sur le patrimoine ethnologique a des manquements immenses. Les savoir-faire ne sont pas respectés et non utilisés et leur répertoire est obsolète, les objets sont dispersés ou perdus en cas de fermeture de petits ou grands musées. Que sont devenus les outils qui ont servi aux artisans de ces époques ?
Une grosse part de responsabilité de ces gâchis incombe aussi aux groupes folkloriques, sur la destruction d’objets authentiques qui sont détournés de leur réalité et qui les bidouillent en leur donnant une apparence de leur invention par méconnaissance, donc perdus pour la postérité. Et de plus, gare à l’image qu’en gardent les touristes ...

Quelle tristesse ! Regardons bien à quoi ressemble notre présent ! Et regrettons d'avoir mal placé notre orgueil dans le modernisme en rejetant les bases solides de notre passé !!!
Qu'avons-nous fait de ce savoir de nos ancêtres ?
Quand allons-nous retrouver notre fierté afin de redorer notre patrimoine humain, base du blason de la Normandie ???


Il repose sur la mosaïque de ses 5 départements géographiques et des pays intérieurs de chacun, avec leurs coutumes différentes et spécifiques, qui entrainent des traditions précises et évolutives, dans leurs costumes et coiffes qui sont la représentation d’un endroit précis.
Toutes ces différences additionnées sont la richesse de la NORMANDIE.

Voilà pourquoi la définition «COIFFE NORMANDE» ne veut rien dire et n'existe pas (seule).



Article par ALP (Toute reproduction interdite)