Le montage d'une coiffe : armature et habillage


LA CONSTITUTION D’UNE COIFFE



UNE COIFFE
est composée d’une MONTURE,
et d’un HABILLAGE ...

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

UNE MONTURE
est composée d’un BONNET emboitant la tête,
surmonté des fils de l’ARMATURE, donnant la forme de base ( code ).

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

UN HABILLAGE
est composé de divers morceaux de tissus assemblés, pour recouvrir l'armature.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

L’HABILLAGE est constitué de 3 parties :

- UN FOND : de grandeur suffisante, de façon a recouvrir totalement le volume de l’armature.

- UNE PASSE : croissant de tissus ou lunule, plus ou moins grande; elle sert de joint entre le fond et les ailes.

- UNE PAIRE D’AILES : une petite sur une grande.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

LA MONTURE ou LE SUPPORT de L’HABILLAGE

LE BONNET fait de toile raide de modiste matelassée.

L’ARMATURE : de fils de cuivre rouge, assemblés par des «queues de cochon » pour donner la forme fixe requise par les codes du lieu d’origine de la coiffe, la terminaison des fils de cuivre (5) se fixent et se cousent sur le haut du bonnet avec du fil de cordonnier et une alène, surtout bien équilibrer la forme et le volume.



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -




LE MONTAGE D'UNE COIFFE A ARMATURE




LA MONTURE


LE BONNET, fabriqué en carton rigide se déchirait facilement aux coutures et aux pliures. Il était souvent recouvert de papier bleu, mais certains étaient habillés de tissus riches et même colorés, garnis de rubans de soie et de guillochages.
Aujourd’hui, il est conseillé d’utiliser du matériel de modiste : de la grosse toile en double et matelassée qu’il suffit de garnir après avoir cousu l’armature dessus.

L’ARMATURE, était, et doit être en fil de cuivre rouge. Ce fil est coupé en jambes que l’on réuni avec des « queues de cochon » afin de bloquer la forme voulue, qui sera le code de lieu de la future coiffe.
Les extrémités des fils sont pliées et posées sur le haut du bonnet, puis elles sont cousues dessus avec de fil de cordonnier et une alène.
Bien positionner les pattes afin d’équilibrer la forme et le volume, pour que une fois sur la tête, elle ne fatigue pas.

Attaches des pattes sur le bonnet
Attaches des pattes sur le bonnet

Fils de cuivre formant l'armature
Fils de cuivre formant l'armature


Vu que le cuivre s’oxyde, les fils étaient entourés d’une mince bande de tissus tournée en tire-bouchon (j’en ai même trouvé en papier de soie), ceci terminé l’armature devenait, en plus, invisible sous le tulle du fond.

LE LAITON, bien trop mou, n’a jamais été utilisé en tant que fil d’armature, c’est une invention car la forme se serait déformée… Nos anciens le savaient bien.

Enfin, le pire ce sont ceux qui jouent avec du fil de fer, du fil à linge, de la corde de piano, du fil électrique ou à bobines. C'est la cata quand ça lâche…




BONNET ET ARMATURE = MONTURE DE LA COIFFE



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -



L' HABILLAGE:


DOIT être composé de 3 éléments:
- le fond qui recouvre l’armature,
- la passe qui fait la liaison
- la paire d ailes qui garni le bonnet

Ces composants doivent être assemblés en un seul tenant pour venir habiller la monture.
Ceci est un énoncé basique, quelques soient les différences de matières et de tailles que les 3 pièces peuvent avoir, en fonction des localités d'où elles proviennent.
On ne doit jamais dissocier, ou le contraire, des éléments venant d’endroits différents… car ils n’ont pas la même identité.
Un habillage est monté d’origine dans son lieu de création et doit le rester, ce n’est qu'ainsi (quand on connaît les codes) que l’on peut retrouver la forme de son armature et la recréer.

Dessin de la composition à plat d'un habillage
Dessin de la composition à plat d'un habillage


La monture + l’habillage ne font qu’UN. Ils ont été créés l’un pour l’autre, ce sont des jumeaux.

LE TOUT EST UNE COIFFE A L’IDENTITE BIEN PRECISE ...

LES RESTAURATIONS
sont très épineuses et posent beaucoup de questions, on n’a pas le droit à l’erreur car il s’agit DU PATRIMOINE HUMAIN de nos aieulles : donc notre passé !



GARDONS LUI SES LETTRES DE NOBLESSE

IL FAUT arrêter les bidouillages destructeurs ... MERCI !



Fils de cuivre formant l'armature
Habillage plié : ailes, passe,fond, du Coutancais





Article par ALP (Toute reproduction interdite)